Iles Marshall

Introduction

Nos relations avec la République des Iles Marshall, qui restent modestes, se développent progressivement. L’ambassade de France aux Philippines mène des actions de coopération technique et culturelle avec le concours du Fonds Pacifique.

Notre Ambassadeur à Manille est accrédité auprès de la République des Iles Marshall.

Données générales

JPEG

Nom officiel : République des Iles Marshall
Nature du régime : République
Contrat de libre association avec les Etats-Unis
Chef de l’Etat et du Gouvernement : M. Christopher Loeak

Données géographiques

Superficie : 181 km² (30 atolls) ZEE : 2 120 000 km2
Capitale : Majuro
Langue(s) officielle(s) : marshallais, anglais
Monnaie : Dollar US
Fête nationale : Constitution Day, le 1er mai

Données démographiques

Population (2013) : 52 630 (source Banque Mondiale)
Densité : 290 hab/km²
Croissance démographique (2013) : +0,15 % (source Banque Mondiale)
Espérance de vie : 72 ans pour les femmes et 67 ans pour les hommes (source CPS)
Taux d’alphabétisation : 93,7%
Religion(s) : protestants (54%) notamment évangélistes (25%) ; catholiques (8,4%)
Indice de développement humain : 0,752
Taux d’immigration : -5,3 migrants/1 000 habitants (estimation 2010)

Données économiques

PIB (2013) : 175 million USD (source Banque Mondiale)
PIB par habitant (2013) : 3 324 USD (source Banque Mondiale)
Taux de croissance (2013) : 0,66% (source Banque Mondiale)
Taux de chômage : 30,9% (2009) (source CPS)
Taux d’inflation (2012) : 5,5% (source Banque Mondiale)
Solde budgétaire (2009) : -19 M USD
Principaux clients : Etats-Unis, Japon, Australie, Taïwan
Principaux fournisseurs : Etats-Unis, Japon, Australie, Nouvelle-Zélande, Singapour, Fidji, Taïwan
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :
- services : 53,4%
- agriculture : 31,7%
- industrie : 14,9%

Exportations de la France vers les Iles Marshall : peu significatives
Importations françaises depuis les Iles Marshall : peu significatives

Politique intérieure

Les Iles Marshall sont une république dont le Président assume les fonctions de chef d’Etat et de chef de gouvernement. Le Président de la République est élu pour un mandat de quatre ans par la Chambre basse du Parlement (le Nitijela) qui compte 33 membres. Une chambre haute consultative, qui représente le Sénat Coutumier (l’Iroij), compte 12 membres.

Quatre ans après les dernières élections (19 novembre 2007), des élections sénatoriales (Mitijela) se sont tenues en novembre 2011. Les parlementaires ont élu à la Présidence M. Christopher Loeak le 2 janvier 2012, dans l’opposition lors de la précédente législature. Il a recueilli 21 voix contre 11 pour son adversaire, le Président sortant M. Jurelang Zedkaia.

M. Loeak est sénateur depuis 1985 avec toutefois une interruption entre 1999 et 2007. Il a occupé plusieurs postes ministériels, notamment sous la présidence de M. Anata Kabua, premier Président des Îles Marshall. Son dernier portefeuille a été celui de ministre assistant le Président, auprès de M. Litokwa Tomeing, entre janvier 2008 et octobre 2009.

Situation économique

Composées d’archipels coralliens d’un niveau moyen de 2 mètres au dessus de la mer, les Iles Marshall ne disposent que de ressources naturelles limitées (noix de coco, coprah, manioc, patates douces et bananes). Les licences de pêche accordées aux flottes étrangères et le produit de l’immatriculation des pavillons de complaisance (4ème rang mondial en 2007, plus de 1 400 navires enregistrés) constituent les principales sources de revenus du pays. Le secteur touristique progresse lentement (10 000 visiteurs en 2007, surtout Américains, Japonais et Taïwanais), handicapé par les coûts d’accès aux Iles Marshall. Le chômage touche un tiers de la population.

L’aide étrangère représente 70% du PIB. Le second « Compact of Free Association » avec les Etats-Unis (2004-2023) a été doté de 57,7 millions de dollars annuels en 2004/2005, de 63,8 millions entre 2005 et 2013, et de 68,8 millions entre 2014 et 2023. Il dirige ses financements vers six secteurs prioritaires : Education, Santé, Environnement, renforcement du secteur public, infrastructures et aide au Développement du secteur privé. En 2007, les fonds du « Compact » représentaient 60% du budget des Iles Marshall.

Entrée en récession dès le début de la crise économique mondiale de 2008 avec une croissance négative de -2%, l’économie a progressé en 2011 avec un taux de +5% grâce à l’expansion du secteur de la pêche, l’augmentation des exportations, la retombée des prix des produits de base et la baisse de l’inflation. De plus, cette croissance a été renforcée par les accords de Kwajalein sur l’utilisation des terres et le projet d’extension de l’aéroport, financé par la Federal Aviation Administration américaine.

La reprise économique devrait se poursuivre à court terme, compte tenu des activités de pêche et de construction. Cependant, la baisse des subventions venant de l’étranger -notamment des Etats-Unis- menace cet équilibre à moyen terme (2016).
Politique étrangère

La relation avec les Etats-Unis demeure primordiale. Le « Compact of Free Association », qui prévoit notamment la prise en charge par les autorités américaines de la Défense et de la sécurité du pays, assurent aux Etats-Unis une relation privilégiée avec Majuro.

Le ministère américain de la Défense dispose également, à travers un accord bilatéral, de l’accès au lagon et de la disposition de certaines îles de l’atoll Kwajalein. Leur utilisation pour des tirs de missiles a été accordée aux Etats-Unis jusqu’en 2066, avec une option jusqu’en 2086. L’un de ces essais, qui consistait en la destruction d’un missile tiré de la base Ronald Reagan située sur cet atoll par un missile intercepteur de nouvelle génération, a eu lieu le 15 avril 2011.

Une des dispositions complémentaires du « Compact » concerne le règlement des plaintes et l’indemnisation des victimes des essais nucléaires américains dans les îles de Bikini et d’Enewetak (de 1946 à 1958).

Au titre de l’accord, 40 agences américaines développent des programmes avec les Iles Marshall (parmi celles-ci, on compte l’Administration fédérale de l’aviation, le Service postal, l’Administration pour les petites entreprises, l’Agence pour le Développement (USAID), les Ministères de l’Energie, de l’Agriculture et de l’Intérieur, etc.).

M. Kurt Campbell, secrétaire d’État adjoint chargé du Pacifique et de l’Asie du Sud-est, s’est rendu aux Iles Marshall dans le cadre d’une tournée océanienne effectuée en août 2012.Mme Sally Jewel, Secrétaire à l’intérieur, a effectué un déplacement à Majuro à l’occasion du 44ème Sommet du Forum des Iles du Pacifique en 2013.
Taïwan occupe une place importante dans les relations étrangères marshallaises. En mai 2005, l’ancien Président taïwanais, M. Chen Shui-Bian, avait été le premier chef d’Etat à effectuer une visite officielle aux Iles Marshall. Taiwan apporte une aide financière substantielle aux Iles Marshall ainsi qu’un soutien matériel et une assistance technique dans le secteur de l’agriculture.

Le Japon figure également parmi les principaux contributeurs d’aide financière et technique (107 millions USD en 2012), devant les Australiens (8,1 millions USD). Les Etats Unis, le Japon et Taiwan disposent d’une représentation diplomatique à Majuro.
Les relations avec l’Union européenne se sont renforcées depuis l’admission en 2000 des Îles Marshall dans la catégorie des pays ACP. L’enveloppe de programmation, au titre du 10ème Fonds Européen de Développement (FED) (2008-2013), se monte à 5,8 M euros dont 85% consacrés aux énergies renouvelables.

Les Îles Marshall sont membres des principales organisations régionales :

Communauté du Pacifique (CPS), Programme Océanien pour l’Environnement (PROE) et Forum des Iles du Pacifique (FIP). Le pays a accueilli le sommet du FIP en septembre 2013 et a pris la présidence de l’organisation pour un an. Lors de ce sommet, les Etats membres du FIP ont adopté la Déclaration de Majuro pour le leadership sur le climat.

Les Iles Marshall ont participé à la réunion inaugurale du Forum pour le Développement des Iles du Pacifique (FDIP) à Nadi (Fidji) du 5 au 8 août 2013.
Les Îles Marshall sont très vulnérables à la hausse annoncée du niveau des mers (inondation, déplacement des populations,…). Les atolls sont gravement menacés par le risque d’une hausse de 0,18 à 0,59 mètre du niveau des mers d’ici la fin du siècle. D’importants travaux de remblai le long de la route traversant l’atoll de Majuro sont en cours. L’ancien Président, M. Zedkea, soucieux de promouvoir la coopération régionale dans le domaine du changement climatique, a signé en octobre 2011 un accord avec la République de Palaos sur cette question.

Géographie

Le pays est constitué de 30 atolls et d’environ 1 100 îles dont les plus importantes forment deux groupes disposés en chaînes parallèles : les îles Ratak (du soleil levant) constituées de dix-huit îles principales situées à l’est et où se trouve le centre administratif Majuro ; les îles Ralik (du soleil couchant) constituées de quatorze îles situées à l’ouest dont Bikini, Eniwetok et Kwajalein, le plus grand atoll du monde si l’on tient compte du lagon intérieur. La majorité de la population est d’origine micronésienne, 87% des insulaires sont des Marshallais et parlent une langue micronésienne, le marshallais, appartenant à la famille austronésienne.

Les deux tiers de la population du pays vivent sur l’atoll Majuro, où se trouve la capitale, et sur l’île d’Ebeye de l’atoll Kwajalein. Les îles extérieures sont peu peuplées en raison de faibles possibilités d’emploi et de développement économique.

Aperçu sur les problèmes actuels de migration

La hausse du chômage et les difficultés financières, en particulier dans les îles isolées, ont accéléré la migration de la population vers les atolls urbanisés et les Etats-Unis. Dix-huit des 24 atolls habités ont vu leur population diminuer, un phénomène observé depuis 1999 qui a tendance à s’accélérer. Majuro a ainsi vu sa population augmenter de 26% depuis 1999 (pour atteindre 33 000 habitants en 2011).

Le climat est chaud et humide, avec une saison des pluies s’étendant de mai à novembre. Les îles subissent parfois le passage des typhons.

L’atoll de Bikini a été classé durant l’été 2010 au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre du patrimoine historique et culturel en tant que « site d’essais nucléaires ». Cet atoll fut en effet le cadre des tirs d’essais nucléaires effectués par les Américains entre 1946 et 1958, avec en particulier le premier tir d’une bombe à hydrogène (bombe H) en 1962. La flotte coulée dans le lagon par les essais de 1946 ou le gigantesque cratère « Bravo » en témoignent. L’atoll n’a jamais été habité depuis et peut montrer, depuis la fin des essais, les capacités de la nature à recoloniser un environnement endommagé par les radiations.

Histoire

Découvertes par les Espagnols au XVIème siècle, les Iles Marshall ont été placées sous protectorat allemand de 1899 à 1914. Occupées par le Japon dès octobre 1914, les Iles Marshall sont placées à partir de 1920 sous mandat japonais par la Société des Nations. Conquises par les troupes américaines en 1944, les Etats-Unis se voient confier par les Nations unies, à partir de 1947, la tutelle sur les Iles Marshall, qui deviennent l’une des composantes des Territoires sous tutelle des Iles du Pacifique (TTIP). En 1979, les Iles Marshall rejettent par référendum leur intégration aux futurs Etats Fédérés de Micronésie. La nouvelle République des Iles Marshall devient un Territoire autonome en libre association avec les Etats-Unis, prémices d’une indépendance définitive acquise le 21 octobre 1986, une fois expiré le mandat confié aux Etats-Unis par l’ONU. Le pays maintient toutefois une libre association avec les Etats-Unis, auxquels il a confié ses responsabilités en matière de défense et de sécurité. Un accord bilatéral, le « Compact of Free Association », signé le 1er août 1979, règle les relations entre les deux pays pour une durée de 20 ans (jusqu’en 2023). Les Iles Marshall sont membre des Nations unies depuis 1991.

Source : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/iles-marshall/

Dernière modification : 14/01/2015

Haut de page